Voyage en TGV, à quelles sources suis je exposé(e)?

"
n

Catégories

Publié le

03/12/2021
l

Trois sources essentielles : les caténaires situées au-dessus de la voiture, le WI-FI émis par plusieurs  boxes embarquées à bord du TGV et les rayonnements émis par les téléphones portables, le vôtre ou celui de vos voisins. Les caténaires sont parcourues par un courant alternatif de très fort ampérage pour faire avancer le TGV. Ce […]

Auteur

Catherine Gouhier

Trois sources essentielles : les caténaires situées au-dessus de la voiture, le WI-FI émis par plusieurs  boxes embarquées à bord du TGV et les rayonnements émis par les téléphones portables, le vôtre ou celui de vos voisins.

  1. Les caténaires sont parcourues par un courant alternatif de très fort ampérage pour faire avancer le TGV. Ce dernier génère un champ d’induction magnétique dont le niveau peut dépasser plusieurs Micro Tesla. Cela varie en fonction de la vitesse, de la difficulté du parcours et de la puissance nécessaire pour tracter un plus ou moins grand nombre de wagons. Quand on voyage dans un TGV à étage, il est toujours recommandé de choisir une place dans la partie basse de la voiture. Cependant l’exposition ne dure que le temps du voyage. Cependant, les plus exposés sont les personnels embarqués.
  2. Quant aux bornes WI-FI, elles émettent ni plus ni moins que les bornes placées dans les espaces publics. Elles contribuent cependant à augmenter le niveau d’exposition global à l’intérieur des wagons. Il serait bon d’avoir le choix et de pouvoir s’installer dans une voiture sans WI-FI.
  3. Quant aux téléphones, il est important de comprendre qu’un téléphone est constamment à la recherche de l’antenne la plus proche de lui. Dans le TGV, il est en mouvement,  à grande vitesse en permanence. Il émet avec le maximum de puissance en permanence. Des mesures montrent que, tenu à 10 cm du corps, il émet :
  • de 2 V/m à 3 V/m à l’arrêt du train, en position veille ;
  • de 8 à 11 V/m à faible vitesse, en phase appel ;
  • de 9 à 28 V/m à grande vitesse, en phase appel ;
  • de 9 à 32 V/m à grande vitesse en conversation.

Conclusions :

  • Pas de risque d’effets à court terme ou effets thermiques ;
  • Risques de dysfonctionnement du matériel électroniques, notamment  pour les appareils d’assistances médicales (les seuils limites de 3 V/m et/ou de 10 V/m ne sont pas toujours respectés. (Normes NF-EN 61000) ;
  • La valeur seuil de 1 V/m étant toujours dépassée, un risque sanitaire potentiel ne peut être écarté à long terme (Rapport Tamino du 6-11-1998).
  • On ne téléphone pas dans le TGV !

 

Dans la même catégorie

Changement d’adresse

Important ! Le CRIIREM déménage. A compter du 1er juillet 2021 l’adresse du siège sera :      - Station 8, 8 avenue René LAENNEC, 72000 Le Mans (40m de...