Pas de téléphone mobile pour les moins de 15 ans !

"
n

Catégories

Publié le

07/12/2005
l

En 2005, l’Association Française des Opérateurs Mobile (AFOM) annonçait la parution d’un guide gratuit « Votre enfant et le Téléphone  mobile». Bien que le communiqué en fasse peu mention, une partie de ce guide destiné à « tous les parents dont les enfants ont ou vont avoir un téléphone mobile » porte sur les recommandations […]

Auteur

datagitateur

En 2005, l’Association Française des Opérateurs Mobile (AFOM) annonçait la parution d’un guide gratuit « Votre enfant et le Téléphone  mobile». Bien que le communiqué en fasse peu mention, une partie de ce guide destiné à « tous les parents dont les enfants ont ou vont avoir un téléphone mobile » porte sur les recommandations des experts sanitaires.

Quoi que suggère ce guide produit par les opérateurs et diffusé un mois avant Noël, le conseil scientifique du Criirem rappelle qu’en Angleterre le rapport Stewart déconseille depuis plusieurs années l’usage du téléphone mobile pour les moins de 15 ans, y compris donc pour les enfants de 8 ans ou plus jeunes, sauf en cas d’appels urgents.

Des effets thermiques (échauffement des tissus de 0,1° par exemple) et non-thermiques (modification des ondes cérébrales, cassure accrue de brins d’adn, etc.) ont été mis en évidence depuis une vingtaine d’années par les scientifiques. Il n’existe aucune certitude de l’innocuité de ces effets sur le long terme, c’est-à-dire plusieurs années. En 2004, une étude suédoise sur plus de 900 détenteurs de téléphone mobile a montré au contraire une nette augmentation du risque d’apparition d’une tumeur bénigne du nerf auditif après une dizaine d’années d’utilisation.

Les recommandations du rapport Stewart, officiellement formulées en 2000 et réaffirmées en janvier 2005, reposent entres autres sur les travaux du Professeur Om P. Gandhi, de l’Université de l’Utah (USA), qui a montré en 1996 que le cerveau des enfants pouvait absorber jusqu’à 50 % de rayonnement de plus que celui d’un adulte.

D’après ses calculs, « si l’énergie absorbée par un cerveau adulte est de 2,93 Watt/kg, la puissance absorbée par celui d’un enfant de 10 ans est de 3,21 Watt/kg et de 4,49 Watt/kg pour celui d’un enfant de 5 ans. » *

 

radiation

* O. P. Gandhi, G. Lazzi and C. M. Furse, « Electromagnetic Absorption in the Human Head and Neck for Mobile Telephones at 835 and 1900 MHz, » IEEE Transactions on Microwave Theory and Techniques, Vol. 44, pp. 1884-1897, October 1996.

Les effets biologiques sont connus, les relevés physiques font consensus. N’attendons pas les problèmes sanitaires pour prendre des mesures et informer les parents : n’achetez pas de portable à vos enfants !

communiqué

Dans la même catégorie

Les mesures, Notion de DAS

Notion de débit d’absorption spécifique DAS : Ce dernier nommé SAR chez les anglo-saxons (Spécific absorption rate) est utilisé par certains scientifiques...