Attention écoles à proximité d’antennes relais

"
n

Catégories

Publié le

01/12/2005
l

Après Saint-Cyr, c’est au tour de Ruitz, dans le Pas-de-Calais, de faire la une de l’actualité suite à l’arrêté du maire de la commune de déplacer une antenne-relais placée au cœur du village. Celle-ci est suspectée d’être à l’origine de la tumeur au cerveau d’une petite fille de 6 ans scolarisée dans une école maternelle […]

Auteur

équipe CRIIREM

Après Saint-Cyr, c’est au tour de Ruitz, dans le Pas-de-Calais, de faire la une de l’actualité suite à l’arrêté du maire de la commune de déplacer une antenne-relais placée au cœur du village. Celle-ci est suspectée d’être à l’origine de la tumeur au cerveau d’une petite fille de 6 ans scolarisée dans une école maternelle située à 20 mètres de l’antenne. Les parents d’élèves de ce bourg de 1600 habitants ont immédiatement fait le rapprochement avec le cas d’un enfant de 4 ans, disparu l’an dernier, également des suites d’une tumeur au cerveau. Et d’un autre, victime d’une leucémie foudroyante. Dépêche AFP, France-info, passage au 20h de TF1, sur France 3 Nord… « dans un souci d’apaisement » apprend-t-on par communiqué, SFR a décidé de désactiver l’antenne-relais incriminée.

Alertés par un parent d’élève, des membres du conseil scientifique du Criirem se sont rendus sur place. Il n’est plus possible de mesurer de manière impromptue la puissance rayonnée par l’émetteur, mais une enquête sanitaire est en cours, menée par la cellule inter-régionale d’épidémiologie.

A Valence aussi des parents d’élèves se mobilisent suite à la proximité annoncée d’antenne-relais à l’école La Bruyère, à Bourg-de-Péage et à Larnage. Lors de la conférence de presse du 28 novembre, l’intervention de la Présidente du Criirem, Michèle Rivasi, est à l’origine d’un article sur le Criirem dans le Dauphiné Libéré.

Au Mans, c’est au tour des riverains d’un stade où l’installation d’antennes-relais est prévue de demander des explications et de faire appel au Criirem. La réunion d’information, organisée jeudi 1er décembre à 20h30, en présence de plusieurs représentants des opérateurs et d’un adjoint au maire, s’est révélée plutôt houleuse. L’expertise de Catherine Gouhier, représentante locale du Conseil Scientifique du Criirem, étant remise en cause par certains opérateurs. Les caméras de France 3 Maine étaient là, le sujet « mauvaises ondes » a été diffusé.

Dans la même catégorie